Sénégal- part 1

Contexte: 


 Vancouver. After two years. 

My people are here. I feel supported and comfortable. 

 Yet I need to leave, go back home. 


 Where is home but within myself ? 


Here I am on the plane. 

After the tears, I feel relief and a bit lighter. Back to less stuff. A suitcase. 

I feel alone in a good way. With a smile and a heart to follow. 


Fly. 


Back to my dad’s place. A big house. A playfield of grass and open sky. 

Where is the depth of connections in my family? 

Can we even talk to one another about our inner worlds? 

I am submerged by an ocean of questions. 


Je vois leurs yeux et je sais que je suis où je dois être. 

Du temps séparé / peut-on mieux apprécier
nos instants partagés maintenant?


Je suis seule ici pourtant, avec ce champ, un lieu de source. Je ne peux concevoir qu’il a manque. Je cours sur la glace, me laisse glisser, tomber. Allongée sur le froid. Une danse. Un jeu. 


C’est justement ça. La danse. Mon chemin décidé. 


Pendant deux mois, je n’ai pas vraiment quitté cet endroit. J’ai fais de la couture en abondance. Détruire pour reconstruire, refaire, recréer. 

Une sorte de thérapie par morceau. 

Des moments de contemplation, le mouvement continuel. 

 Nuages. Oiseaux. Siestes dans l’herbe. Tout ce dont j’ai besoin. 

Des moments de folie aux cris dans l’étendue. Personne ne m’entend réellement. 


Isolement. 




 «-Papa,Maman, Je pars au Sénégal. 

 -Quoi?! »                                                           

Using Format